Chroniques En continu

Du front tout le tour de l’Iran

Téhéran. 2001. Comme des abeilles, ils étaient trois – une femme et deux hommes – à tourner autour de moi. À ajuster la longue tunique noire, assortie d’un foulard noir et blanc, qui allait me servir de hijab pendant les deux semaines de mon reportage en Iran.

Le charme trompeur de Charm el-Cheikh

Le régime égyptien a beau tenter de montrer au monde entier à quel point il est beau, vert et gentil en pleine conférence de l’ONU sur le climat, l’opération charme de la COP27 sous les palmiers de Charm el-Cheikh ne berne personne.

Pas de carnage américain

« C’est un bain de sang ! » Voilà comment le fils aîné de Donald Trump a décrit sur Twitter les résultats des élections de mi-mandat vers 20 h mardi soir. On ne sait pas dans quel monde parallèle vit Junior.

Champagne à Rio

La télévision avait beau annoncer que l’ancien président de gauche, Luiz Inácio Lula da Silva, ou Lula, venait de remporter l’élection brésilienne, Rafael Soares Gonçalves a attendu avant d’ouvrir la bouteille de champagne qu’il tenait au froid depuis plus d’un mois.

De la noblesse du sac de boxe

Quand l’acteur George Clooney dit de nous qu’on est « aussi brave qu’il est possible de l’être ». Que le magazine Esquire nous a sacrée « femme vivante la plus sexy des Philippines » pour notre travail de journalisme d’enquête. Quand pas une semaine ne passe sans qu’on nous remette un prix d’envergure, quel objectif vise-t-on ?

Une limonade au goût d’exil

De passage en Turquie, notre journaliste est allée à la rencontre des Russes — opposants ou déserteurs — qui y ont trouvé refuge. Voici la deuxième chronique d’une série de trois.

Partir de la Russie, avant que la porte claque

Marko* se prépare depuis des mois à quitter la Russie pour venir vivre au Canada. Le départ est à portée de main. Son billet d’avion indique le 25 septembre. Mais depuis mercredi, il craint que ce ne soit trop tard.

La Presse à Londres Bain de deuil

(Londres) Élisabeth II aimait répéter que pour être crue, elle devait être vue. Mercredi, alors que la reine a quitté à jamais le palais de Buckingham – sa résidence officielle pendant 70 ans –, ils étaient nombreux, ses croyants, à venir la voir une dernière fois.

La Presse à Londres Pas mon roi

(Londres) Attendez, est-ce que je me trompe ou c’est bien ici dans la capitale britannique qu’on trouve le célèbre Speaker’s Corner, dans un coin du Hyde Parc ? Lénine, Karl Marx et George Orwell y ont tous pris la parole quand ils étaient les provocateurs de leur époque.

Pour que l’Ukraine l’emporte

Des véhicules blindés calcinés, des chars d’assaut éventrés, des systèmes antiaériens abandonnés en toute hâte. Des corps de civils abattus on ne sait trop pourquoi. Des villageois hagards, l’air d’émerger d’un long cauchemar, qui réalisent que l’occupant russe a déguerpi et qui se jettent dans les bras de leurs libérateurs ukrainiens.

La Presse en Angleterre Le garde-robe des républicains

(Londres) Pas trop difficile de trouver des Londoniens pour chanter les louanges de la reine Élisabeth II. On peut les cueillir comme du muguet autour du palais de Buckingham. Mais des républicains ? Des gens qui remettent en cause la monarchie en ces jours de deuil national ? C’est aussi facile que de trouver une aiguille d’épinette dans une caisse de thé Darjeeling.

La Presse en Angleterre Le premier roi vert

(Faversham) Sur papier, le projet est alléchant. Un village carboneutre, avec d’immenses jardins et 2500 maisons alimentées en énergie propre. Juste à côté de l’un des plus beaux villages historiques du Kent.