Conseils En continu

Prêt pour l’hiver Classe neige

L’hiver ! Bonheur pour les amants de plein air, angoisse pour les automobilistes. Ces derniers redoutent la saison blanche et ses défis comme une nouvelle éclosion de cas de COVID-19. Et non sans raison, croit Franck Kirchhoff, formateur professionnel de conduite au centre Mécaglisse de Notre-Dame-de-la-Merci.

Prêt pour l’hiver Une amende avec ça ?

Ô paresse quand tu nous tiens. À quoi bon retirer la robe blanche dont se pare votre véhicule après une chute de neige ? Un coup de balai sur le pare-brise suffira. Les kilomètres et le vent se chargeront du reste ! De la glace ? Plutôt que de la gratter, certains préfèrent vider le réservoir de lave-glace de son précieux contenu, histoire de la faire fondre… temporairement. Ainsi naissent et se multiplient les « igloomobiles ». Allons, un petit effort. Balayer toutes les surfaces vitrées et le toit. Découvrez aussi les phares, les feux. Et n’oubliez pas la plaque d’immatriculation, sans quoi les représentants des forces de l’ordre pourraient vous coller une amende de quelques centaines de dollars.

Prêt pour l’hiver Dans la tempête, vous êtes le seul maître à bord

Depuis quelques années déjà, la sécurité active représente l’un des principaux axes de communication des constructeurs. Or, si les marques vantent la qualité de leurs véhicules, elles font l’impasse sur l’automobiliste. Dans de nombreuses campagnes publicitaires, on y voit un conducteur inattentif, une conductrice distraite, mais tous les deux « secourus » par ces anges gardiens électroniques.

Prêt pour l’hiver Superflu, le rouage intégral ?

L’hiver, bon nombre d’automobilistes québécois jurent qu’ils ne mettront plus une roue dehors sans un véhicule équipé d’un rouage à quatre roues motrices. Vrai que cette aide à la conduite offre une marge de sécurité additionnelle pour affronter les routes glissantes et enneigées. Mais est-elle pour autant indispensable ?

Prêt pour l’hiver Pneus d’hiver : au-delà de la forme et de la couleur

Un pneu d’hiver se reconnaît à son pictogramme illustrant une montagne avec un flocon de neige tatoué à son flanc. Pour de nombreux automobilistes, cela suffit. Dès lors, la marque, le modèle ou les avancées qui le caractérisent ont peu d’influence dans la décision d’achat, se désole Éric Dedoyard, président de Yokohama Canada. « Le prix demeure l’élément déterminant pour les consommateurs. »