Chroniques En continu

Amène-moi là où ça sent l’amour

Je rêve d’une maison qui sent la lasagne, le coq au vin et le gâteau moka ; d’une cuisine dans laquelle mes parents seraient en train de s’affairer ; de plats gratinés… Clairement, l’hiver approche.

Votre vin correspond-il à vos valeurs ?

Ça pourrait être une inspirante histoire d’immigration, d’épiphanie après une surcharge de travail ou d’entrepreneuriat… Mais c’est surtout celle d’une femme qui crée des remous en exposant les aspects plus sombres du vin nature (celui qu’on aime boire à la fois parce qu’il est délicieux et qu’il nous fait sentir vertueux).

Manger (bien !) pour trois fois moins

Lorsque j’arrive au Jardin de la Pépinière — magnifique espace public du quartier Hochelaga-Maisonneuve —, Audrey Tessier est en train de répartir une trâlée de patates grelots dans de grands paniers. Elle me tend une main gantée en m’avouant que les rencontres formelles la rendent un peu nerveuse…

L’inculte du café

Je suis souvent gênée quand vient le temps de commander un café. Je ne comprends rien au jargon et j’ignore comment déguster la boisson. Pour éviter de me mettre dans l’embarras, je demande donc un bon vieux café filtre.

Votre grand-mère aurait fait fureur sur Instagram

Je leur dois les patates écrasées, les ramens au fromage et kimchi, les cornichons-minute. Je leur dois la majorité de mes explorations culinaires, en fait. Pourtant, elles ne sont pas cheffes. Juste amatrices de bonne bouffe et actives sur Instagram…

Les mots qui mènent aux mets

Ça peut commencer dès l’enfance, par exemple avec les banquets du village gaulois dans les Astérix. Lorsqu’on découvre que les mots et les livres peuvent donner faim, que lire ouvre l’appétit, littéralement, et pas juste l’esprit. J’ai été déçue la première fois que j’ai mangé du sanglier, parce que je n’avais en tête que la pièce dodue et juteuse dont s’empiffre Obélix. Mais quand l’appétit va, tout va, n’est-ce pas ?