Jamais deux sans trois, dit le dicton. En plus d’être directeur général et vice-président aux opérations hockey des Lions de Trois-Rivières, Marc-André Bergeron porte désormais le chapeau d’entraîneur-chef par intérim.

Il remplace ainsi Éric Bélanger qui, à la surprise générale, a donné sa démission mardi. Selon ce que rapporte le journal Le Nouvelliste, Bergeron a lui-même été étonné d’apprendre la nouvelle.

« Depuis un certain temps, Éric ne semblait pas dans son assiette, a-t-il dit en conférence de presse mercredi. Mardi, quand il m’a annoncé la nouvelle, j’étais surpris, car je ne m’attendais pas à ça. J’ai donc ressenti un mélange d’émotions. »

Bélanger était le premier entraîneur-chef de l’histoire des Lions, qui ont vu le jour en 2021. Il présente une fiche de 40 victoires, 35 défaites et 7 revers en temps supplémentaire.

Certaines rumeurs lient l’homme de 44 ans aux Voltigeurs de Drummondville, qui ont remercié leur entraîneur-chef Steve Hartley dans la dernière semaine. Rien n’a toutefois été confirmé, ni par l’entraîneur ni par l’organisation.

PHOTO HUGO-SÉBASTIEN AUBERT, ARCHIVES LA PRESSE

Éric Bélanger

« Nous avons eu une rencontre pour parler en long et en large des raisons derrière ça, a indiqué Bergeron. Je respecte sa décision, mais c’est une discussion qui va demeurer privée. S’il veut s’ouvrir, ce sera à lui de réagir. »

Nouvelle opportunité

Marc-André Bergeron a connu une belle carrière dans la Ligue nationale, enfilant l’uniforme de sept équipes. C’est la première fois qu’il occupera un rôle d’entraîneur-chef. Cette décision, a-t-il expliqué, était « la façon la plus simple de garder le rythme et la continuité dans les opérations quotidiennes de l’équipe ». L’entraîneur adjoint, Pascal Rhéaume, ainsi que le coordonnateur des opérations hockey, Alex Cousineau, demeurent en poste.

« Nous sommes conscients du travail que nous avons à faire. […] Je suis un gars qui aime performer. Quand tu n’as pas le temps de te préparer, c’est fatigant. Je me sens comme ça. »

Combien de temps Bergeron occupera-t-il ce poste ? Ce pourrait être une semaine, deux mois ou deux ans. Lui-même l’ignore. « Est-ce que je vais aimer être derrière le banc ? Ça demeure un mystère pour l’instant, a-t-il ajouté. Ce que je sais, c’est qu’avec le petit échantillon récent, ça me donne le goût. »

Bergeron perçoit ce nouveau rôle comme une « opportunité », une « chance de connaître la ligue à un autre échelon ». Il n’est d’ailleurs pas encore en recherche active d’un nouvel entraîneur, mais se dit ouvert à recevoir des candidatures potentielles.

« Je pense que, en ce moment, la solution facile c’est que tout le monde conserve son rôle tandis que moi, je prends la chaise d’Éric. Comme ça, nous permettons à nos joueurs de ne pas vivre une trop grosse transition. »

Après un début de saison difficile, les Lions surfent présentement sur une série de quatre victoires consécutives. Après 13 rencontres, ils se situent au quatrième rang de la division nord et au 14rang du classement général avec 6 victoires, 6 défaites et un revers en prolongation.